Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 octobre 2011

J'ai testé pour vous : le concert de rap américain

Il y a quelques jours, j'ai accompagné mon homme à un concert de rap dans le cadre d'un festival.

Du rap français "soft" , j'avais déjà fait plusieurs fois avec IAM, mais du gros rap ricain qui tâche, c'était une première pour moi ! Pourquoi je précise, parce que le public et l'ambiance était assez différents de ce que j'avais pu voir...

Tout d'abord, il faut revêtir une tenue appropriée : exit les belles chaussures neuves puisqu'on va se faire marcher sur les pieds et aussi marcher dans des substances non identifiées.

On oublie aussi les petites robes, mieux vaut enfiler un bon vieux jean. Le sac en bandoulière qui "tient tout seul" est fortement recommandable aussi, on ne le perdra pas dans la foule et on pourra bouger ses petits bras en toute liberté.

Arrivés sur les lieux, on notera certaines tenues assez improbables de quelques festivaliers : sarouel conceptuel, baskets super pourraves, déguisements même pour certains.

 

Dès 21h, certains sont déjà ivres morts, mieux vaut prendre ses distances si on ne veut pas se faire gerber sur les pompes... Je trouve ça assez dommage de venir dans un festival et d'être déjà bourré avant même que les concerts commencent, mais bon je suis une vieille conne aussi !

 

Rap

Le concert de gros rap qui tape commence enfin, et première surprise : on est dans une salle fermée, mais ça fume de partout, et pas que du tabac...

Le rappeur entre en scène, la salle est surchauffée, c'est l'euphorie, ça bouge de partout et ça balance les bras. Bon à savoir pour les novices comme moi : il est de bon ton visiblement de lever juste un bras (c'est pas plus mal vu que certains avaient à priori oublié de mettre du déo) et de le faire monter et descendre en rythme !

Encore mieux si vous balancez un peu la tête d'avant en arrière en même temps. Bonus si en plus vous portez une casquette de travers.

Seconde surprise : l'amateur de rap aime se faire insulter par son idole, de ce que j'ai compris le gros rappeur ricain a même insulté nos mamans à plusieurs reprises et le public en redemandait :D

Dernière surprise : le public d'un concert de rap n'applaudit jamais. Il bouge son bras et sa tête, il siffle, il crie mais surtout il n'applaudit pas, ça doit être trop conventionnel...

 

Bref j'ai passé une soirée instructive !

 

 

23 septembre 2009

On s'a-Muse comme on peut

Autant vous prévenir, je suis adepte des jeux de mots moisis...

Je dois être une des seules personnes sur cette terre à sourire aux blagues pourries d'Alex Goude de M6 par exemple, bref mille excuses pour ce titre ;)

 

Après la dancing mamie, une autre vidéo m'a interpellée cette semaine : c'est celle du groupe Muse en pleine promo dans une émission de télé italienne.

Visiblement saoulés de se voir imposer de jouer en play-back, ils ont décidé d'intervertir leurs instruments : le chanteur est passé derrière la batterie (et fait très clairement n'importe quoi), le batteur se met au chant et à la basse pendant que le bassiste joue à la fois de la guitare et du clavier !

Le pire, c'est que la présentatrice ne s'apperçoit de rien et interview le batteur qu'elle pense être le chanteur à la fin du morceau.

 

13:59 Publié dans Musicablabla | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : muse, italie, playback