Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 septembre 2010

"Les écureuils de Central park sont tristes le lundi"

Il s'agit donc du dernier ouvrage de Katerine Pancol, la suite de "La valse lente des tortues" (qui n'était déjà la suite "Des yeux jaunes des crocodiles").

Oui Mme Pancol aime visiblement les animaux...

 

KP_ecureuils.jpeg

 

On retrouve dans ce 3e tome la même galerie de personnages qui s'articulent autour de Joséphine Cortes, cette mère de famille parisienne toujours prête à rendre service : ses filles Hortense et Zoé, son amie anglaise Shirley, Philippe le mari de sa défunte soeur, sa gardienne d'immeuble, Henriette sa mère diabolique, son beau père qui a refait sa vie...

 

Et heureusement que les personnages sont aussi nombreux car ce livre ne fait pas moins de... 840 pages !

Ok, le style est léger (trop léger diront les amateurs de littérature) et agréable à lire, parfait pour la détente, la plage, les voyages.

Mais, même en vacances, 840 pages, ça en fait des heures de lecture (et le livre est difficile à transporter si vous avez décidé de voyager léger).

 

Je ne dirais pas que je me suis ennuyée en le lisant car les personnages et les univers de chacun sont suffisement variés et attachants pour ne pas trop se lasser.

Je regrette par contre certains passages très peu crédibles, comme ceux relatifs au petit Junior, bébé ultra-surdoué. Dites donc Katherine, faudrait peut être pas prendre vos lecteurs pour des écureuils de 3 jours !

 

La fin laisse supposer qu'un quatrième ouvrage est à attendre dans la lignée. Quel animal sera choisi pour le titre ? Allez je prends vos pronostics ;)

23 août 2010

De retour de vacances...

Ca y est les vacances sont déjà terminées depuis quelques jours pour moi...

J'ai eu la chance de partir m'oxygéner dans les Alpes Orobiques (oui je vous l'accorde le nom est vilain et risible au possible mais les paysages sont magnifiques).

Je n'ai pas fait que m'oxygéner, je me suis aussi pas mal engraissée à grands coups de polenta, de pizza, de gnocchis, de jambon cru et autre saussiflard... Histoire de retrouver une motivation pour aller à la salle de gym à la rentrée.

La météo n'ayant pas été terrible, j'ai eu le temps de lire plusieurs bouquins : "Les écureuils de Central park sont tristes le lundi" de K. Pancol, "Tous ces jours sans toi" de W. Réjault, ainsi que l'auto-biographie d'Akhenaton, le leader d'IAM. 

Je vous en parle très bientôt dans plusieurs billets "Biblioblabla".

 

 

25 juillet 2010

J'ai testé pour vous... le soin du corps en institut Marionnaud

Oui je suis comme ça moi, j'aime vivre dangereusement ;)

 

Des copines super attentionnées ont en effet eu la très bonne idée de m'offrir un coffret Gatineau "soin du corps" pour mon anniversaire.

Ben oui ici pas de billet sponsorisé hein, mais bon si vraiment certaines marques insistent pour me couvrir de cadeaux à tout moment, sur un malentendu ça peut peut être marcher, à bon entendeur ^^

 

Revenons en à nos moutons, j'ai donc été papouillée pendant plus d'une heure avec des produits bien agréables : gommage doux, huile modelante, brume dynamisante... Que du bonheur !

 

C'était super relaxant, j'ai même oublié un instant que je portais une culotte jetable, c'est dire !

Nan mais franchement, à quoi sert ce truc immonde ?

Pourquoi on garde pas sa culotte pendant les soins, pour ne pas la tacher ? On se vautre pas dans la boue non plus...

 

Enfin bref, la prochaine fois que je serai impressionnée par une femme (Scarlett Johansson au hasard, elle m'agace elle : super belle, super voix, super style, elle pourrait en laisser pour les copines non ?) je l'imaginerai en slip jetable tiens !

18 juillet 2010

Mieux vaut tard...

Que jamais comme dit le proverbe !

J'avais dit que je revenais vite pour vous parler des autres films vus pendant ma cure intensive de salles obscures... Mais que voulez-vous, il fait bien trop chaud pour travailler blogguer !

 

Franchement, j'ai préféré occuper mon temps libre à l'extérieur, et si possible dans l'eau, plutôt que devant mon ordinateur.

Mais chose promise, chose due, voici mes petites observations à propos de 4 films, qui sont encore à l'affiche.

 

 

clap.jpg

- "Fatal" (oui on commence très fort j'avoue !) de et avec Mickaël Youn mais aussi Stéphane Rousseau.

 

J'appréhendais un peu le côté potache du film, mais je dois bien reconnaître que j'ai finalement passé un bon moment devant ce film. Mention spéciale au personnage de Chris Prolls interprété par le talentueux Stéphane Rousseau.

 

Mickael Youn a décliné son personnage de rappeur bling-bling, Fatal Bazooka (mais si rappelez vous, celui qui fous sa cagoule) sur grand écran donc, et décide de parodier l'univers du rap et de la médiatisation.

Bien sur ce n'est pas le film du siècle, c'est juste une comédie divertissante mais c'est déjà pas mal quand on s'attendait à rien...

 

Verdict : Moyen

 

- "Le premier qui l'a dit" de Ferzan Ospetek


Alors là je partais totalement dans l'inconnu, je ne connaissais pas le réalisateur ni les acteurs, mais le sujet du film (l'homosexualité et plus particulièrement le "coming out") plus le fait que ce soit une production italienne m'ont intriguée.

 

Et ce fut une agréable surprise ! On part en Italie donc, au sein d'une famille de la bourgeoisie locale, durant un week-end où les deux fils ont décidé sans se concerter d'annoncer leur homosexualité.

Les personnages sont tous très passionés, attachants, et les scènes sont tantôt drôles, tantôt émouvantes.

 

Verdict : Excellent

 

- "Je vous aime très beaucoup" de Philippe Locquet


Le pitch : A la mort de leur mère qu'ils n'ont pas connue, trois demi-frères ayant grandi dans des milieux différents, se rencontrent pour la première fois pour passer les grandes vacances chez leur grand-mère.

Là encore une très bonne surprise, c'est frais et pétillant à souhait ! Principalement grâce au jeu attendrissant et espiègle du plus jeune acteur, Max Clavelly, qui est le petit frère ou le fils que l'on aurait tous rêvé d'avoir.

 

Verdict : Bon

 

- "Copacabana" de Marc Fitoussi avec Isabelle Huppert

 

Je ne suis pas forcément fan d'Isabelle Huppert, mais je dois reconnaître qu'elle est éblouissante dans le rôle de mère un peu déjantée qu'on lui a confié. Copacabana m'a aussi permis de découvrir sa fille à la ville comme à la scène, Lolita Chammah.

 

L'histoire est donc celle d'une mère un peu marginale qui décide de devenir commerciale dans l'immobilier en multipropriété pour prouver à sa fille qu'elle peut "rentrer dans le rang".

C'est à la fois drôle et émouvant, et ça traite assez justement je trouve d'un sujet malheureusement au coeur de l'actualité, la précarité...

 

Verdict : Bon

 

Voilà, cela vous donne quelques pistes si vous décidez d'aller prendre un peu le frais dans les salles obscures !