Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 novembre 2011

Intouchables

C'est le film dont tout le monde parle en ce moment, c'est simple de ma vieille tante à mon collègue de boulot, des plateaux de télé au conversation dans le métro, on ne peut pas y échapper !

Le pitch, pour ceux qui vivraient au fond d'une grotte : Un aristo parisien (joué par François Cluzet) se retrouve très lourdement handicapé à la suite d'un accident et décide contre toute attente de recruter un mec de banlieue fraichement sorti de prison (Omar Sy) pour l'assister au quotidien.

 

 

intouchables-pourrait-bien-entrer-dans-l-histoire_103588_w250.jpg

Alors d'un côté, les mauvaises langues diront que ce film est plein de clichés, que les vannes d'Omar Sy sont répétitives...

De l'autre, des spectateurs super emballés diront que ce film est absolument génial, que c'est le film français de l'année, qu'il fait rire et pleurer à la fois.

Et bien mon humble avis se situera quelque part entre les deux, mais clairement du côté des avis positifs !

Certes c'est un film populaire, sans trop de prise de tête.

Mais il faut reconnaître que le duo d'acteurs fonctionne bien, que certaines scènes sont très drôles et que les vannes d'Omar Sy font du bien là où ça fait parfois mal.

"Intouchables" relève le défi de faire rire de situations parfois dramatiques et nous montre qu'une grande complicité peut parfois naître entre des gens fondamentalement différents.

En plein mois de novembre, alors que les impôts ont achevé nos comptes bancaires, que le froid s'installe et qu'il fait nuit à 17h, un bon éclat de rire, ça ne se refuse pas, foi de Greluchablabla !

Et vous, vous avez vu "Intouchables" ?

 

18 juillet 2010

Mieux vaut tard...

Que jamais comme dit le proverbe !

J'avais dit que je revenais vite pour vous parler des autres films vus pendant ma cure intensive de salles obscures... Mais que voulez-vous, il fait bien trop chaud pour travailler blogguer !

 

Franchement, j'ai préféré occuper mon temps libre à l'extérieur, et si possible dans l'eau, plutôt que devant mon ordinateur.

Mais chose promise, chose due, voici mes petites observations à propos de 4 films, qui sont encore à l'affiche.

 

 

clap.jpg

- "Fatal" (oui on commence très fort j'avoue !) de et avec Mickaël Youn mais aussi Stéphane Rousseau.

 

J'appréhendais un peu le côté potache du film, mais je dois bien reconnaître que j'ai finalement passé un bon moment devant ce film. Mention spéciale au personnage de Chris Prolls interprété par le talentueux Stéphane Rousseau.

 

Mickael Youn a décliné son personnage de rappeur bling-bling, Fatal Bazooka (mais si rappelez vous, celui qui fous sa cagoule) sur grand écran donc, et décide de parodier l'univers du rap et de la médiatisation.

Bien sur ce n'est pas le film du siècle, c'est juste une comédie divertissante mais c'est déjà pas mal quand on s'attendait à rien...

 

Verdict : Moyen

 

- "Le premier qui l'a dit" de Ferzan Ospetek


Alors là je partais totalement dans l'inconnu, je ne connaissais pas le réalisateur ni les acteurs, mais le sujet du film (l'homosexualité et plus particulièrement le "coming out") plus le fait que ce soit une production italienne m'ont intriguée.

 

Et ce fut une agréable surprise ! On part en Italie donc, au sein d'une famille de la bourgeoisie locale, durant un week-end où les deux fils ont décidé sans se concerter d'annoncer leur homosexualité.

Les personnages sont tous très passionés, attachants, et les scènes sont tantôt drôles, tantôt émouvantes.

 

Verdict : Excellent

 

- "Je vous aime très beaucoup" de Philippe Locquet


Le pitch : A la mort de leur mère qu'ils n'ont pas connue, trois demi-frères ayant grandi dans des milieux différents, se rencontrent pour la première fois pour passer les grandes vacances chez leur grand-mère.

Là encore une très bonne surprise, c'est frais et pétillant à souhait ! Principalement grâce au jeu attendrissant et espiègle du plus jeune acteur, Max Clavelly, qui est le petit frère ou le fils que l'on aurait tous rêvé d'avoir.

 

Verdict : Bon

 

- "Copacabana" de Marc Fitoussi avec Isabelle Huppert

 

Je ne suis pas forcément fan d'Isabelle Huppert, mais je dois reconnaître qu'elle est éblouissante dans le rôle de mère un peu déjantée qu'on lui a confié. Copacabana m'a aussi permis de découvrir sa fille à la ville comme à la scène, Lolita Chammah.

 

L'histoire est donc celle d'une mère un peu marginale qui décide de devenir commerciale dans l'immobilier en multipropriété pour prouver à sa fille qu'elle peut "rentrer dans le rang".

C'est à la fois drôle et émouvant, et ça traite assez justement je trouve d'un sujet malheureusement au coeur de l'actualité, la précarité...

 

Verdict : Bon

 

Voilà, cela vous donne quelques pistes si vous décidez d'aller prendre un peu le frais dans les salles obscures !

13 juin 2010

Cure de salles obscures

 

Ces derniers jours j'ai eu l'opportunité de voir plusieurs films en avant-première.

Je me suis dit que ça pourrait être sympa de vous faire un petit topo sur ces films, histoire de vous aider pourquoi pas à choisir votre prochaine sortie ciné. Surtout que la Fête du cinéma débute bientôt !

 

Voici ma liste avec le synopsis, quelques commentaires et une notation (excellent, bon, moyen, bof, nul).

 

- "L'âge de raison" de Yan Samuell avec Sophie Marceau dans le rôle principal.

Si vous avez aimé "Jeux d'enfants" du même réalisateur, vous aimerez probablement ce film qui reste sur la thématique de l'enfance.

Le pitch : Margaret, une business woman reçoit une mystérieuse lettre d'une fillette le jour de ses 40 ans. Ce courrier lui demande de se souvenir des promesses qu'elle avait faites étant enfant.

 

J'ai trouvé ce film assez divertissant et tourné de façon originale, mais je n'ai pas vraiment été embarquée dans l'histoire.

Le personnage de Margaret est selon moi trop rempli de clichés pour être crédible.

Verdict : Moyen

 

 

- "L'Italien" d'Olivier Barroux avec Kad Mérad

J'étais ravie de retrouver le duo Kad et O sur grand écran, même si "Mais qui a tué Pamel Rose" n'avait pas vraiment marqué les esprits.

Je préfère les deux compères dans leurs sketchs télévisés (le Kamoulox me fait vraiment rire) mais j'ai souri et même ri devant ce nouveau film.

Le pitch : Dino est le vendeur numéro un de la concession Maserati de Nice, sa vie est belle, sauf que cette vie parfaite s'est construite sur un mensonge : Dino s'appelle en fait Mourad.
Ni son patron, ni sa compagne et encore moins ses parents ne sont au courant de cette fausse identité.
Un beau jour, son père malade lui fait jurer de faire le ramadan à sa place... Et comme vous pouvez vous en douter, cela ne va pas se passer sans encombre, et les quiproquos générés vont donner lieu à des scènes très drôles.

 

J'ai bien aimé le film mais j'ai déploré quelques longueurs sur la fin.

Kad, qui arbore un crâne totalement rasé, est parfait dans ce rôle. Il est aussi crédible en Italien caricatural qu'en Algérien.

Verdict : Bon

 

 

- "Les petits ruisseaux" de Pascal Rabaté avec Daniel Prévost.

J'avoue, le pitch ne m'a pas vraiment fait rêver :

Emile, septuagénaire et veuf, connaît une retraite sans heurts, faite de loisirs paisibles comme la pêche au bord de la Loire, où il va régulièrement avec son ami Edmond.
Mais un jour, Edmond, après lui avoir révélé qu'il avait une vie amoureuse cachée, meurt.
Emile, pour ne pas sombrer, tente de retrouver goût aux choses.
Lui viennent des envies oubliées d'adolescent, des envies d'aimer, mais aussi des envies d'en finir...

Et bien j'ai plutôt été agréablement surprise par ce petit film tout simple, qui est dans le vrai. Certaines scènes sont un peu glauques selon moi, mais c'est assez vite oublié car le film est plaisant et reflète bien la ruralité, la solitude et la crise d'adolescence de certains séniors en apparence tranquilles.

Verdict : Bon

 

La suite dans un prochain billet, avec notamment du film italien, du film bling-bling potache, du film mignon comme tout...

 

25 janvier 2010

City Island

Si vous en avez assez d'entendre parler partout d'Avatar et de ses créatures bleues, allez donc voir City Island, un film de la vraie vie avec pleins de secrets dedans !

City Island relate les pérégrinations de la truculente famille Rizzo, qui vit dans un pittoresque village de pêcheurs du Bronx.

 

City_Island.jpg

Andy Garcia incarne Vince Rizzo, le père de famille, gardien de prison qui rêve secrètement de devenir acteur.

Vince a une femme désabusée, Joyce (jouée par Julianna Margulies), une jolie fille, Vivian, qui étudie à la fac et un fils cynique en pleine crise d'adolescence, Vinnie.


Chaque membre de cette famille en apparence tranquille va rapidement se retrouver face à des réalités embarrassantes, suite à l'arrivée d'un cinquième (et non moins charmant) membre inattendu.

 

 

En gros, disons que chaque membre de cette famille aurait pu aisément participer à Secret Story !

City Island est une comédie pleine de vie aux dialogues croustillants (mention spéciale à l'ado Vinnie qui a un sens de la répartie cinglant).

 


Andy Garcia signe là une belle performance d'acteur.
City Island était aussi l'occasion pour lui de partager l'affiche avec Dominik Garcia-Lorido, sa fille à la vie comme à la scène.