Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 décembre 2010

Les Pétroleuses ne sont déjà plus...

J'avais prévu de rédiger très bientôt un billet sur le nouveau magazine féminin "Les Pétroleuses".

Comme d'habitude, j'avais un train de retard puisque le premier numéro de ce magazine était sorti en novembre !

Et bien je n'aurai même pas eu le temps de vous faire mon petit rapport puisque j'ai appris aujourd'hui, à la veille de la sortie du second numéro, que le magazine s'arrêtait malheureusement là...

 

 

Lespetroleuses.jpg

 

Ok le prix du magazine, surtout pour son premier numéro, n'était pas forcément compétitif (2.95€), mais le ton était frais, et l'absence de publicité appréciable.

Plusieurs blogueuses avaient collaboré à ce projet, les articles étaient assez variés et agréables à lire.

Seul bémol à mon goût : "Les Pétroleuses" se lisait beaucoup trop vite, sûrement à cause aussi de l'absence totale de pub (mine de rien ça occupe toutes ces images à regarder, tous ces publi-rédactionnels à parcourir...).

Du coup, on restait un peu sur sa faim, surtout pour ce prix.

J'attendais le second numéro pour me faire une idée plus affinée sur ce nouveau venu, j'attends finalement les autres projets dont il est question dans le communiqué ci-dessus : contenus web, livres pratiques...

Je déplore quand même cette disparition si rapide, c'est dommage car c'était plaisant d'avoir une alternative un peu novatrice au rayon magazine féminin.

Et vous, que pensiez-vous des Pétroleuses ?

17 décembre 2009

La greluche et le calendrier de La Poste

Il y a parfois des "coutumes" qui selon moi n'ont plus lieu d'exister.

Un exemple flagrant et qui revient sur le tapis chaque année à la même période : le calendrier de La Poste...

 

Pour vous situer le contexte, j'habite dans une grande ville, en étage et dans un immeuble sans ascenseur.

Je ne vois jamais mon facteur puisque, de peur de devoir monter jusqu'à chez moi, il ne sonne jamais lorsqu'il a un recommandé ou un colis.

Je retrouve systématiquement dans ma boite aux lettres un sympathique petit avis de passage, folle invitation à aller faire la queue pendant au moins une demie-heure le samedi matin dans un lieu magique et glamour : le bureau de poste de mon quartier !

Et je ne parle même pas des colis perdus, ou livrés à quelqu'un d'autre, ça ça fait encore plus rêver...

 

Bref, j'ai donc été très surprise l'année dernière de voir un brave monsieur sonner à ma porte un beau matin et se présenter comme mon facteur qui venait vendre des calendriers.

Je lui ai tendu la main et lui ai balancé un "Enchantée monsieur, je suis heureuse de faire enfin votre connaissance, depuis le temps que vous m'écrivez des mots doux sur vos avis de passage, alors que je suis sagement chez moi et que je pourrais même descendre récupérer directement mon recommandé ou colis !".

 

Il est resté con et a essayé de se défendre en me disant qu'il avait sonné une fois, mais comme il n'y avait personne, il en avait déduit que nous devions travailler et que donc il n'y avait jamais personne chez nous à son heure de passage. Ben voyons !

J'ai donc refusé de lui acheter ses calendriers moisis (rien que le peu de couvertures que j'ai vu, ça m'a fait flipper, je ne suis pas très "chatons qui gambadent au milieu des fleurs" voyez-vous) et il est parti tout penaud.

Il a re-sonné chez moi quelques minutes après pour me dire que finalement il m'offrait son calendrier, j'ai eu beau refuser, il me l'a refourgué de force, croyant sûrement que j'allais être gênée et lui filer des sous quand même.

 

C'est bien mal me connaitre, j'ai fini par accepter cette horreur (en plus il a fait exprès de me filer la pire version chiens-chiens-gnagnan le bougre !) et refermer la porte sans bourse délier.

Je n'ai constaté aucune amélioration dans la distribution du courrier par la suite bien sur.

 

IMG_0837.JPG

Cette année, le voilatipa qui remet ça ! Je l'ai senti venir quand dans la semaine mon chéri m'a dit "ah tiens j'ai enfin vu la tronche du facteur, il est même monté jusqu'à chez nous pour un recommandé didoudidonc !".

 

Donc le facteur et ses calendriers qui puent ont tenté une deuxième approche, et se sont offusqués quand j'ai osé dire que non, toujours pas, je ne voyais vraiment pas pourquoi j'étais redevable de quoi que ce soit envers quelqu'un qui me fait perdre plusieurs samedis matins par an par sa flemmardise. Il m'a bien sur dit que c'était pas vrai, qu'il était venu pour un recommandé il y a à peine quelques jours !

 

Je pense que cette coutume des ventes de calendriers et autres étrennes étaient sans doute justifiée du temps où le facteur faisait presque partie de la famille, rendait des services aux uns aux autres... C'est peut être encore le cas à la campagne, où le facteur dépose le colis chez le voisin en votre absence, discute de la pluie et du beau temps avec les gens qu'il croise.

 

Mais franchement, des grosses feignasses qui ne font déjà même pas le boulot pour lequel elles sont payées, et qui ont le culot de venir gratter des étrennes, moi ça me dépasse !

 

Et vous votre facteur, il est comment : inconnu au bataillon, sympa, professionnel... ?

Et vous achetez son calendrier ?

 

12 octobre 2009

Lettre ouverte à Kakarl Lagerfeld

Désolée pour le titre incluant un jeu de mots encore plus pourri qu'à l'accoutumée, mais voyez vous mon cerveau est tout ramolo aujourd'hui...

Et ce n'est pas en lisant de telles inépties que je vais reprendre mes esprits, visez plutôt :

 

Selon le magazine allemand "Focus", Karl Lageferld aurait déclaré « Personne ne veut voir des femmes rondes » dans la mode (merci pour cette précision hors citation, on a eu peur un instant, on a cru que les femmes au dessus de la taille 38/40 n'allait plus avoir le droit de se montrer en public).

Non content de cette magnifique déclaration, il aurait même surenchérit :
« Vous avez de grosses bonnes femmes assises avec leur paquet de chips devant la télévision qui disent que les mannequins minces sont hideux ».

 

Alors tout d'abord, mon cher Kakarl, tu devrais savoir qu'il existe un juste milieu entre les mannequins souvent rachitiques et les "grosses femmes" qui s'empiffrent de chips !

Et puis c'est bien connu, toutes les "grosses" le sont car elles s'alimentent très mal et passent leur temps devant la téloche hein...

Un peu comme toi avant ton régime draconien ?

 

Ensuite, tu devrais connaître de par ton métier, la notion de "nuance" non ? Par exemple, la différence entre maigreur et minceur.

 

Et tant que tu recherches des définitions dans le dico, profites-en pour chercher également celle du mot cohérence.

Si je ne m'abuse, l'égérie de la dernière collection de tes sacs Chanel n'est autre que la pétillante Lily Allen, qui n'est pas vraiment ce qu'on peut appeler une fille mince, non ?

D'ailleurs est-ce que ta clientèle est uniquement composée de femmes aux mensurations parfaites ? Il me semble que pour la haute couture, la clientèle est souvent âgée et qu'elle est sortie du fameux "90/60/90" depuis quelques temps, si toutefois elle a eu l'opportunité d'y entrer à un moment de sa vie...

 

En tous cas, je réfléchirais à deux fois la prochaine fois que je serais en passe de craquer pour un accessoires de la marque que tu représentes, des lunettes par exemple puisque c'est tout ce que mon budget de femme ronde qui mange des chips (et même des frites/mayo devant la télé) me permet d'acheter de la marque aux deux C.

 

Qu'avez-vous pensé de ces déclarations ?

 

 

28 septembre 2009

Le monde est fou, fou, fou, voyez vous !

Je vous avais prévenus, j'ai un humour moisi, mais j'assume !

Toute mon estime à celui ou celle qui retrouvera en premier (sans aller sur un moteur de recherche bien sur) la référence de mon titre.

 

Bref, entrons dans le vif du sujet, il y a des jours comme aujourd'hui ou j'hallucine sur la bêtise humaine. En l'espace d'une journée, je me suis trouvée à deux reprises interloquée par ce que les gens sont capables de faire sans vergogne...

 

Episode 1 : Dans le métro, avec ma collègue, nous sortons de la station, nous arrivons au niveau des tourniquets diaboliques que tout voyageur doit franchir en entrant et en sortant (et croyez moi avec une valise de plus de 10 kilos c'est tout un sport).

Nous sommes face à une jeune femme avec un landau qui demande gentillement au vigile posté devant les dits tourniquets de bien vouloir lui ouvrir le portillon d'accès sur le côté, habituellement réservé à cet effet.

Réponse du charmant vigile : "je n'ai pas le droit d'ouvrir cet accès, débrouillez vous !". On capte assez rapidement le regard déséspéré de la jeune maman, on décide donc avec ma collègue de l'aider, non sans mal, à soulever le landau par dessus les tourniquets.

 

Tout cela pendant que monsieur le vigile reprend tranquillement la lecture de son journal à moins d'un métre de nous. On parvient à faire passer le convoi exceptionnel landau de l'autre côté de la machine diabolique, la dame s'éloigne, et nous faisons quand même remarquer au goujat que la moindre des choses aurait été de nous aider dans la manoeuvre.

Et là monsieur nous explique qu'il lui est formellement interdit par sa direction d'aider les gens à faire passer des landaus ou autres poussettes car des incidents se sont déjà produits, des bébés sont tombés (paye ton scénario catastrophe quand même !) et la responsabilité des vigiles a été engagée... Mais qu'est-ce qu'il ne faut pas entendre franchement !

 

Déjà, il m'arrive régulièrement d'aider des mamans coincées avec des poussettes dans les escaliers ou à la sortie du métro, je n'ai jamais fais tomber de bébé (je touche du bois !). Faudrait-il que je téléphone à mon assurance avant de leur donner un coup de main la prochaine fois ?

Et puis honnêtement rien que pour leur image, la société de gardiennage et celle des transports ne pourraient-elles pas assurer leur personnel pour ce genre de chose ?

 

Bisounours.jpg

 

Episode 2 : Je rentre paisiblement du travail, je marche dans la rue et je traverse la route sur un passage piéton, je vois au loin arriver une voiture, elle est à une bonne cinquantaine de mètres, j'estime avoir le temps de continuer à traverser sans même faire freiner ce véhicule. Nous sommes en ville, faut-il rappeler que la vitesse est limitée à 50km/heure ?

Sauf que visiblement j'avais à faire à un pilote de formule 1 taré, qui me voyant engagée, sur un passage qu'on appelle "protégé" je le rappelle, accélère comme un gros bourrin puis freine à la dernière minute ! Heureusement je suis rapide, je marche toujours très vite et j'ai eu presque le temps d'atteindre le trottoir d'en face.

 

Non content de lui, le gros bourrin à petite quéquette qui compense par sa conduite de merde baisse sa vitre pour m'insulter copieusement (ainsi que ma maman au passage). La classe vraiment !

Je ne comprends pas ce genre d'attitude, le mec est en tort à 100%, limite il devrait descendre de voiture pour s'excuser platement de ne pas m'avoir vue puisqu'il cherchait déséspérement sa petite quéquette dans son caleçon conduire comme un connard, au lieu de ça il parle mal de ma mère.

 

J'ai bien conscience d'être une râleuse née, mais franchement tout cela me débecte. Ça fait bien longtemps que je me suis rendue compte que je ne vivais pas chez les bisounours, mais je n'arrive décidemment pas à m'y habituer...

 

Pour me remettre de tant d'indignation, je me suis préparé un cheese-cake à l'italienne que je vais savourer devant X Factor ce soir (rien de cochon là dedans rassurez-vous, il s'agit d'un télé crochet) !

Et vous, qu'est ce qui vous énerve, révolte etc. dans le quotidien ?