Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 avril 2011

C'est l'histoire d'un petit haut...

En pleine crise de "je n'ai plus rien à me mettre", j'ai fait un peu de shopping samedi dernier.
J'étais à la recherche de plusieurs hauts style blouse, tunique ou chemise, ou cache-misère... Enfin quelque chose qui ne boudine pas mes rondeurs, appelez ça comme vous voudrez.

Et là, au milieu des rayons bordéliques d'une grande enseigne suédoise, je la vois !


Elle était parfaite cette petite blouse : simple mais jolie avec ses broderies discrètes sur le col, une coupe impeccable, une matière qui ne se froisse pas (je suis définitivement fâchée avec mon fer à repasser), une jolie couleur entre le gris et le bleu, et à un prix qui ne ferait pas tomber à la renverse mon banquier.

Ausitôt essayée, je l'adopte, c'est sur, elle et moi on est faites pour s'entendre.

De retour chez moi, toute contente de mon achat, je décide de réessayer cette magnifique blouse avec d'autres jeans. Et là, en la sortant de son sac plastique, c'est le drame !

Shoppingbag.jpg


Je me rends compte qu'elle est trouée dans le dos, et pas qu'un peu : un premier accroc sur le bas de l'épaule, et un autre trou plus discret causé par l'antivol...

Je retourne dans les jours qui suivent chez nos amis les suédois desfringuespastropchères en espérant pouvoir échanger ce top, qui décidemment est fait pour moi et mes bourrelets.
Et bien sur il ne reste plus ma taille ! Déçue mais pas vaincue, je me fais rembourser, limite en versant une petite larme, mais je décide d'aller explorer l'autre boutique des suédois de ma ville.

Un demi-heure plus tard, bien entendu, je rentrerai chez moi brocouille comme on dit dans le Bouchenois...

On a pas des vies faciles, nous les greluches...


 

12:03 Publié dans Grelucheries | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : shopping, blouse

Commentaires

Et puis, généralement quand on a une fringue dans la tête, difficile de l'oublier... et d'en trouver une autre. Tu as raison, les hommes ne peuvent pas imaginer comment nos vies sont épuisantes ;)

Écrit par : CECILE | 30 avril 2011

Et oui Cécile, depuis je ne fais que repenser à ce petit haut...

Écrit par : Greluchablabla | 01 mai 2011

Les commentaires sont fermés.