Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 octobre 2010

Au poil !

Comme je vous le disais dans mon dernier billet, je me suis lancée dans la grande aventure de l'éradication du poil grâce à l'épilation définitive.

J'ai opté pour la lumière pulsée, qui a l'avantage d'être absolument indolore (et ça pour la grande chochotte que je suis c'est super important !).

J'ai profité d'une offre très avantageuse proposée par un site d'achat groupé (moins de 100€ pour 6 séances, normalement c'est presque le prix d'une seule séance) pour sauter le pas.

J'ai choisi de commencer par les aisselles (histoire de ne jamais ressembler à cette chère Julia).

 

julia_roberts.jpg

 

J'ai une peau très réactive et capricieuse donc cette zone servira de test, avant de passer éventuellement à la lumière puslsée pour les jambes et le maillot.

Il faut savoir que cette technique fonctionne uniquement sur les vilains poils bien noirs, ça ne marche pas sur les poils blonds, roux ou blancs donc.

A mon arrivée à l'institut, c'était un peu l'usine car les esthéticiennes ont été débordées par le succès de l'offre proposée sur internet.

On m'a demandé de m'allonger et de présenter mon aisselle rasée la veille à la gentille esthéticienne.

Elle a couverte la zone concernée avec un gel visqueux et m'a demandé de mettre des grosses lunettes en plastique coloré dignes d'Elton John dans ces années les plus folles...

Bon j'avais pas l'air si ridicule que ça puisqu'elle en portait aussi.

Elle a pris une sorte de pommeau, l'a mis sur mon aisselle donc et a envoyé de gros flashs lumineux, même les yeux fermés sous les lunettes improbables on les voit quand même !

C'est un peu la montée des marches à Cannes pour les poils quoi.

C'est rapide, ça ne fait pas mal, le seul inconvénient c'est qu'il faut attendre 6 semaines entre chaque séance. A ce rythme là je serai à peine débarassée de ma moumoute des aisselles pour l'été prochain. Mais bon l'idée que ce sera dé-fi-ni-tif me console bien !

Autre précision : soleil interdit tout au long du processus, en même temps ça ne me viendrait pas à l'idée de me faire bronzer les dessous de bras...

Premier effet : les poils repoussent lentement dès la première séance, et certains tombent presque tout seuls !

Vivement la prochaine séance...

 

 

 

 

11 octobre 2010

Kiffe kiffe demain

Punaise, plus d'un mois sans poster, c'est honteux !

Bon je suis toujours là, on va dire que j'ai un peu profité des derniers jours de soleil, j'ai pas mal bossé, j'ai pris un cours de cuisine, j'ai commencé une érradication pileuse à la lumière pulsée (je vous ferai un petit compte rendu bientôt)... mais j'ai aussi bouquiné.

Je viens de terminer "Kiffe kiffe demain", le premier roman de Faïza Guène, publié en 2004.

Depuis, cette jeune femme talentueuse a visiblement écrit deux autres romans et a réalisé des courts mètrages (j'ai encore quelques trains de retard donc !).

 

"Kiffe kiffe demain" raconte avec beaucoup d'humour le quotidien ordinaire de Doria, une ado qui vit avec sa mère dans une cité de la banlieue parisienne.

 

Quelques extraits qui m'ont fait sourire :

"(...) Maman m'a embrassée sur le front et a fermé la porte derrière moi en souhaitant que Dieu m'accompagne. J'espère qu'il est en bagnole parce que les transports en commun , ça me stresse".

 

"Quand j'étais petite, je coupais les cheveux des Brbie parce qu'elles étaient blondes, et je leur coupais aussi les seins parce que je n'en avais pas. En plus, c'étaient m^me pas de vraies Barbie. C'étaient des poupées de pauvres que ma mère achetait à Giga Store. Des poupées toutes nazes. Tu jouais avec deux jours, elles devenaient mutilées de gueere. Même leur prénom c'était de la merde : Françoise. C'est pas un prénom pour faire r^ver les petites filles, ça !"

 

Le regard acéré de Doria se pose tantôt sur sa mère, qui a été quittée par son mari et travaille comme femme de ménage dans un hôtel, sur ses tantes et cousins, sur ses voisins et camarades de la cité, sur Aziz l'épicier du coin, sur Mme Burlaud sa psy "dont le parfum sent le parapoux"...

On suit très volontiers cette succession de portraits de gens ordinaires.

"Kiffe kiffe demain"est un roman sans prise de tête, et il m'a donné envie de découvrir les autres oeuvres de cette jeune auteur prometteuse.

 

Allez à bientôt pour le récit de mon chantier d'extermination pileuse ;)