Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 septembre 2010

"Les écureuils de Central park sont tristes le lundi"

Il s'agit donc du dernier ouvrage de Katerine Pancol, la suite de "La valse lente des tortues" (qui n'était déjà la suite "Des yeux jaunes des crocodiles").

Oui Mme Pancol aime visiblement les animaux...

 

KP_ecureuils.jpeg

 

On retrouve dans ce 3e tome la même galerie de personnages qui s'articulent autour de Joséphine Cortes, cette mère de famille parisienne toujours prête à rendre service : ses filles Hortense et Zoé, son amie anglaise Shirley, Philippe le mari de sa défunte soeur, sa gardienne d'immeuble, Henriette sa mère diabolique, son beau père qui a refait sa vie...

 

Et heureusement que les personnages sont aussi nombreux car ce livre ne fait pas moins de... 840 pages !

Ok, le style est léger (trop léger diront les amateurs de littérature) et agréable à lire, parfait pour la détente, la plage, les voyages.

Mais, même en vacances, 840 pages, ça en fait des heures de lecture (et le livre est difficile à transporter si vous avez décidé de voyager léger).

 

Je ne dirais pas que je me suis ennuyée en le lisant car les personnages et les univers de chacun sont suffisement variés et attachants pour ne pas trop se lasser.

Je regrette par contre certains passages très peu crédibles, comme ceux relatifs au petit Junior, bébé ultra-surdoué. Dites donc Katherine, faudrait peut être pas prendre vos lecteurs pour des écureuils de 3 jours !

 

La fin laisse supposer qu'un quatrième ouvrage est à attendre dans la lignée. Quel animal sera choisi pour le titre ? Allez je prends vos pronostics ;)

Les commentaires sont fermés.